Le mélange des mètres

 

On peut utiliser plusieurs mètres en proportions variables dans un texte, et les agencer ou non dans un ordre régulier.

en alternance
mélange
régulier
en abrègement
Cela produit un effet de balancement :
La musique souvent me prend comme une mer
               Vers ma pâle étoile
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther
               Je mets à la voile.
(Baudelaire)
Ici le rythme exprime l'irrégularité de la musique et de la mer.
Cela produit un effet de clausule, de rupture, ou d'inachèvement.

          Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence,
          On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
          Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
                    Tes flots harmonieux.
(Lamartine)

 

irruption
mélange
irrégulier
le vers libre
Cela produit un effet de variété, de surprise, de mise en relief :
          Le héron au long bec emmanché d'un long cou.
                    Il côtoyait une rivière.
     L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours.
(La Fontaine)

          Même il m'est arrivé quelquefois de manger
                    Le berger.
(La Fontaine)
Le mouvement gagne en naturel, mais risque d'apparaître comme de la prose rythmée (sauf la présence de rimes).
          Automatiques et minutieux
          Des ouvriers silencieux
          Règlent le mouvement
          D’universel tictacquement
          Qui fermente de fièvre et de folie
          Et déchiquette, avec des dents d’entêtement,
          La parole humaine abolie.
(Verhaeren)